1) Les effets potentiels de la déforestation sur la forêt du Massacre.

        La déforestation est un phénomène qui existe depuis la naissance de l’homme, et qui consiste à déboiser des surfaces forestières pour les transformer en terres agricoles ou encore à l’urbanisation. Mais généralement la déforestation résulte d’une trop importante exploitation du bois pour les industries papetières ou menuisières. Ainsi ces exploitants coupent sans relâche cette formidable ressource sans laisser le temps à la nature de se reconstruire. Dans le cas de cette partie, nous nous intéresserons aux effets néfastes que produirait une déforestation intensive sur notre forêt jurassienne: La Foret du Massacre. 

        Le premier effet néfaste que nous pouvons souligner est le glissement de terrain. Les glissements de terrains sont des phénomènes géologiques liés à différents facteurs tel que l’eau, les pentes naturelles et la nature géologique des sols. Ces phénomènes physiques sont dû a des déplacements de matières, soit à la gravité ou tout simplement à des pentes naturelles non retenues. Dans la cadre de cette étude le deuxième cas correspond mieux à notre étude. En effet, la forêt du massacre se trouvant dans le massif du jura, elle est exposée à d’importantes pentes. Ainsi une déforestation intensive ou non gérée de manière durable, favoriserait une importante diminution du maintien de la terre et des roches, produisant à terme, des surfaces de rupture dues à l’infiltration des eaux. De plus, le massif du jura étant composé en partie de calcaire, les eaux de pluie s’infiltreront dans ses failles produisant plus tard, des éboulis de roches (calcaire ou non), ce qui est beaucoup plus dangereux que les glissements de terrains progressifs. Comme dit précédemment, les glissements de terrains sont progressifs allant de quelques centimètres par an à plusieurs mètres. Mais parfois, ces phénomènes prennent des tournures aggravantes en produisant des glissements rapides et parfois destructeurs mais dans tous les cas notre foret subirait un changement de morphologie qui abîmerait l’image de celle-ci. Voici un schéma qui le montre : 

schema-glissements-de-terrain-1.png

       Le second effet néfaste que nous pouvons souligner est l’érosion des sols et la désertification. Tous d’abord, on remarque l’érosion des sols se produit en plusieurs phases distinctes. Dans un premier temps on remarque qu’une destruction des sols se produit , puis ensuite vient la phase de transport qui consiste a l’aide de l’eau de pluie ou des rivières à déplacer les masses minérales. Il existe différents types d’érosions telles que l’érosion chimique, l’érosion par les êtres vivants, et beaucoup d’autre encore mais dans notre cas, on peut distinguer deux types d’érosions mécaniques notables : l’érosion par le vent et l’érosion par l’eau. L’érosion par l’eau est considérée comme chimique et mécanique. En effet, ce type d’érosion et facilitée par la déforestation car ainsi, les racines des arbres et des autres végétaux ne retiennent plus les minéraux. Accompagnées du mouvent mécanique que produit la pluie, et dans notre cas la fonte des neige qui est omniprésente chaque hiver, le sol de notre forêt s’appauvrira en humus valorisant la désertification des sols. L’effet d’érosion le plus probable est l’effet splash.

schema-effet-splash.png

       L’érosion éolienne est aussi applicable dans notre cas car la Foret du Massacre étant en moyenne à 1320 mètres d’altitude, elle est régulièrement battue par des vents froids et les courants humides créant les nuages. Si on applique un déboisement, l’espace crée sera ainsi vulnérable à ce mouvement mécanique. Ainsi le vent déplacera une importante quantité de matière et sera un facteur de la désertification du sol.

        On pourrait noter aussi l’érosion liée aux différences de températures. Cette érosion consiste à un changement de température des sols et des roches faisant éclater par le futur celle-ci. Bien que se type d’érosion est possible dans notre écosystème, cela reste peu probable que cela soit un facteur extrêmement néfaste dans notre région car les températures ne varient pas assez vite pour causer une explosion des roches, même si par le passé cela s’est déjà produit.

        Avec ces différents types d’érosions on assistera dans le futur à une désertification de notre écosystème. La désertification est un phénomène naturel, mais le plus souvent l’Homme en est la cause, ce qui produit une aridification des sols due à une dégradation des terres. Dans notre cas, l’érosion sera la principale cause, avec les glissements de terrains énoncés plus tôt, de la désertification. En effet, c’est deux facteurs vont contribuer à l’appauvrissement de la terre en humus, et ainsi plus aucun végétaux ne pourront pousser créant par l’ « effet boule de neige » la mort de l’écosystème.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site